Langue d'Oiseaux

Le système très intuitif de communication-furtive proposé dans ce petit guide ouvrira de nouvelles façons de se promener dans la Nature pour toi et tes proches.
Se balader en silence permet d'élargir ses sens, d'approfondir sa connexion avec le territoire, et augmente les chances de rencontre avec la faune sauvage...  mais cette expérience est difficilement accessible aux groupes.  "Langue d'Oiseaux" donne des clés pour profiter de ces moments de plénitude en famille ou entre amis !

> Télécharge et imprime ton guide - A4 paysage recto/verso <


Un système de communication nécessite des pratiquants,
si ton groupe a apprécié cette initiative et son expérience,
n'hésitez pas à partager ce document et
à nous faire remonter vos remarques
!

Toutes les informations de base se trouvent dans le fascicule auto-explicatif ci-dessus.  Cependant, pour tenir sur une seule feuille A4, il nous a fallu prendre des raccourcis.  La section ci-dessous donne un peu plus de détails.

Introduction :
Lorsque vous vous promenez dans la Nature, en famille ou entre amis, il peut arriver de tomber nez à nez avec un Animal sauvage. Après la surprise, vous aurez certainement envie de partager ce moment magique avec vos compagnons... mais comment leur signaler de s'approcher sans faire de bruit ? Comment leur dire que chercher et où regarder ?  La Langue d'Oiseaux a été conçue pour vous y aider. Et elle pourra même vous emmener encore plus loin si vous décidez de tenter une approche !

Initialement créé pour permettre à un groupe de pisteurs de communiquer entre eux afin de mieux réussir ses approches bienveillantes d'animaux sauvages, ce livret s'adresse aujourd'hui à tous les amoureux de la Nature en recherche d'une connexion plus intense.

La Langue d'Oiseaux est issue de langues des signes existantes que nous avons simplifié, épuré et adapté à nos besoins spécifiques d'approches furtives d'Animaux sauvages.  Il s'agit des Langues des Signes... française (LSF), des trappeurs du Canada, des Aborigènes d'Australie, des Lakotas et des militaires.  La simplification est allée dans le sens d'une adaptation à une seule main (pour des raisons pratiques), avec un minimum de mouvements de main (pour augmenter la furtivité), tout en se voulant le plus intuitif possible.

Les Oiseaux sont les animaux sauvages que nous voyons et entendons le plus lorsque nous nous promenons dans la Nature. En quasi-permanence en fait !  Les autres animaux, eux, fuient ou se cachent bien avant que nous puissions détecter leur présence.
Pourquoi ? Tout d'abord parce qu'ils ont peur des super-prédateurs que nous sommes, ensuite parce que leurs sens affûtés leurs permettent de nous détecter rapidement, et enfin car ils sont à l'écoute de la langue des Oiseaux, véritables sentinelles de la forêt !

Zéro-trace : c'est l'attitude parfaite vers laquelle il faut vouloir tendre si l'on veut se fondre parfaitement et respectueusement dans la Nature sauvage. Ne pas laisser de déchets évidemment (et ramasser ceux trouvés en chemin dans la mesure du possible), ne pas faire trop de bruit (en parlant fort ou en faisant tinter son sac à dos – avant de partir, sautez sur place avec votre sac sur le dos et remédiez aux cliquetis jusqu'à être parfaitement silencieux), ne pas être trop visible (privilégier les vêtements sombres à motifs irréguliers), ne pas laisser trop d'odeurs (éviter de se parfumer ou d'uriner sur les passages des animaux).

Respect : approcher un animal va vous procurer du plaisir et une meilleure connaissance. Mais n'oubliez pas que cela risque de lui procurer du stress, ce qui pourra le mettre en situation de danger parfois mortel ! Restez conscients des deux côtés de cette pièce. Évitez les périodes de parades amoureuses et de naissances.

Sens des animaux : Les animaux sauvages doivent faire face aux climats saisonniers parfois rudes, ils doivent trouver quotidiennement leur pitance et échapper constamment aux dangers de la prédation et des contacts avec les Humains (routiers et cynégétiques notamment). Leur instinct de survie se doit d'être bien affûté, et il repose principalement sur leurs sens.
Il serait erroné de dire que les sens des animaux sauvages sont plus affûtés que les nôtres. Cela dépend vraiment des sens et des espèces.
De façon générale, la morphologie et les habitudes des animaux nous donnent des indices sur leurs capacités sensorielles. A vous de vous poser des questions et de trouver les réponses pour chaque animal particulier.
Les Oiseaux (diurnes) perçoivent beaucoup plus de couleurs que nous autres Humains, et ils voient très bien les mouvements également. Par contre, leur odorat n'est pas très développé (sauf chez les charognards) et leur ouïe est spécialisée dans les sons aiguës (sauf chez les nocturnes).
Les Mammifères ont souvent un excellent odorat (la longueur du museau est un bon indice), une ouïe fine et directionnelle (taille et mobilité des oreilles externes), une très bonne vue nocturne (taille et réflexion des yeux dans les phares) mais une moins bonne vision des couleurs que nous (le spectre rouge-orangé leur fait souvent défaut, d'où la couleur orange des gilets des chasseurs).
Quant aux Reptiles, leurs corps plaqués au sol leurs fait ressentir les vibrations des autres animaux en approche (nous y compris).
Certains animaux possèdent également des sens qui nous font complètement défaut !

Sphères d'émission / réception :
Tous les animaux peuvent être perçus comme des émetteurs / récepteurs. D'un côté, ils reçoivent les stimuli du monde extérieur avec leurs sens. D'un autre, leurs propres corps émettent des stimuli qui pourront être captés par d'autres animaux. Étant nous-même des animaux, ceci s'applique également pour les Humains.
Pour approcher les animaux sauvages à leur insu, il va falloir réduire notre sphère d'émission (tel un ninja !) tout en faisant croître notre sphère de réception (éveil des sens).

Agrandir sa sphère de réception :
Notre sens principal est la vue. Exercez votre vue centrale, périphérique, nocturne, votre mémoire visuelle, votre perception des détails.
Pour augmenter vos autres sens, tentez de vous priver de la vue (bandeau) sur des terrains sans dangers. Écoutez la biophonie, humez les odeurs, marchez pieds nus, touchez…
De façon générale, soyez toujours attentifs à tout en vous promenant. Une odeur peut trahir la présence d'une charogne, un cri rauque celle d'un Chevreuil, les cris d'alarme des Oiseaux peuvent indiquer la présence d'un rapace, leur envol celle du Renard et leur silence soudain celle d'un promeneur.

Réduire sa sphère d'émission :
Se déplacer à pas de velours.
Ne pas éveiller les soupçons des Oiseaux, qui relaieraient leurs craintes aux grands mammifères !
Ne pas toucher les arbres dont les cimes alerteraient les Oiseaux en bougeant.
Face à un animal, présentez votre profil plutôt que votre face (prédateur/proie).

Bon vent :
Nous avons vu que la majorité des grands mammifères possède un sens développé de l'odorat.
Il y a deux façons de laisser notre odeur : par contact (en touchant un tronc d'arbre par exemple, ce qu'il faut donc éviter) elle restera ainsi très longtemps et pourra bloquer une piste, et de manière volatile (l'odeur émanant de notre corps à la manière d'un nuage de fumée).
Cette dernière va se propager avec le vent (ou stagner sur place s'il n'y en a pas) et pourra vous faire repérer à grande distance.
Être "à bon vent" signifie avoir le vent et l'animal approché de face.
Lorsque la température monte, les odeurs font de même. L'inverse lorsque la température descend.

Déplacements :
Selon le nombre de personnes, le terrain et le type de mission que vous vous êtes fixés, il peut être mieux de se déplacer en file indienne (moins de traces laissées, le leader peut signer ce qu'il voit aux suivants), en épervier ou en groupe éclaté (plus grande zone couverte et tout le monde à sa chance d'apercevoir quelque chose, communication par cris de contacts). Mais jamais en groupe compact qui va inciter à la discussion (et donc la réduction de l'attention de chacun) et laisser beaucoup trop de traces.
Il n'y a que les Humains qui se déplacent dans les bois d'un pas rythmé. Les animaux sauvages prennent des pauses régulières par prudence et suspicion. Faîtes de même !

Au secours !
Malgré toute la prudence que nous vous conseillons de prendre, nous ne sommes malheureusement jamais à l'abri d'un incident ou d'un accident. En plus du matériel de base (eau, nourriture, carte des lieux et vêtements adaptés), prévoyez une trousse de secours (pince à épiler, spray antiseptique, pansements, mouchoirs…) et nous ne saurions trop vous conseiller de passer votre formation Premiers Secours à la Croix-Rouge ou chez les Pompiers.
En cas d'accident, cessez de jouer et passez en mode de communication habituel : appelez simplement vos coéquipiers à l'aide ! Les animaux fuiront mais la sécurité passe avant tout.

Et après ?
Ce guide n'est qu'une brève introduction à la pratique des déplacements silencieux.  Notre association utilise ce système de communication de façon poussée au sein du groupe Périgord Pistage, et de manière plus ludique lors de nos ateliers d'initiation.  Un système de communication nécessite des participants et implique une évolution permanente.  N'hésitez pas à adapter certaines de nos suggestions à votre groupe et à ses pratiques.  Vos retours d'expériences et critiques constructives nous feront toujours très plaisir  > jslpiste@gmail.com

Bonnes découvertes, bonnes balades !

Création :  Fran6co, 2022
ProductionJe Suis La Piste
PartenairesFrance Pistage, Périgord Pistage.